Alliance for International Medical Action (ALIMA)

Responsable D’activité Santé Mentale & Soutien Psychosocial

Alliance for International Medical Action (ALIMA)

Job Description

PRÉSENTATION ALIMA L’ESPRIT ALIMA : La raison d’être d’ALIMA est de sauver des vies et de soigner les populations les plus vulnérables, sans aucune discrimination identitaire, religieuse ou politique, à travers des actions basées sur la proximité, l’innovation et l’alliance d’organisations et d’individus. Nous agissons avec humanisme, impartialité et dans le respect de l’éthique médicale universelle et de notre environnement. Pour accéder aux patients, nous nous engageons à intervenir de façon neutre et indépendante LES VALEURS et PRINCIPES de notre action inscrits au sein de notre CHARTE :
  1. Le patient d’abord
  2. Révolutionner la médecine humanitaire
  3. Responsabilité et liberté
  4. Améliorer la qualité de nos actions
  5. Faire confiance
  6. L’intelligence collective
ALIMA promeut et défend les principes des droits humains fondamentaux. ALIMA a une approche de tolérance zéro envers les personnes coupables d’actes de violences sexistes et sexuelles ainsi qu’envers l’inaction face à des faits de violence supposés ou avérés. La protection des personnes bénéficiant et impactées par notre intervention est notre priorité absolue dans tout ce que nous faisons. Toute personne collaborant avec ALIMA s’engage à :
  • Respecter la charte, le code de conduite, les politiques institutionnelles incluant la politique de protection contre les abus de pouvoir et les violences sexistes et sexuelles, la politique de prévention de la corruption et de la fraude ;
  • Signaler toute violation aux politiques, documents cadre et procédure à une supérieure, un supérieur, une référente, un référent.
SOIGNER - INNOVER - ENSEMBLE : Depuis sa création en 2009, ALIMA a soigné plus de 7 millions de patients, et déploie aujourd’hui ses opérations dans 12 pays d’Afrique. En 2019, nous avons développé 41 projets de réponse médicale humanitaire pour répondre aux besoins de populations touchées par les conflits, les épidémies et l’extrême pauvreté. L’ensemble de ces projets se font en appui aux autorités sanitaires nationales à travers près de 330 structures de santé (dont 28 hôpitaux et 300 centres de santé). Nous travaillons en partenariat, notamment avec des ONGs locales, dès que cela est possible afin de nous assurer que nos patients bénéficient de l’expertise là où elle se trouve, que ce soit au niveau de leur pays ou du reste du monde. Par ailleurs, pour améliorer la réponse humanitaire, nous menons des projets de recherches opérationnelles et cliniques notamment dans le domaine de la lutte contre la malnutrition et les fièvres virales hémorragiques.

L'ÉQUIPE ALIMA : Plus de 2000 personnes œuvrent actuellement pour ALIMA. Les équipes terrain, au plus proche des patients, reçoivent leur support des équipes de Coordination généralement basées en capitale des pays d’intervention. Celles-ci reçoivent le support des 4 équipes desk et de l’équipe du service urgences et ouvertures basées au siège opérationnel de Dakar, Sénégal. Les équipes de Paris et New-York travaillent activement à la collecte de fonds ainsi qu’à la représentation d’ALIMA. Le reste de la Galaxie ALIMA comprend des individus et des équipes partenaires qui travaillent pour le compte d’autres organisations telles que les ONGs médicales BEFEN, ALERTE Santé, SOS Médecins / KEOOGO, AMCP, les organismes de recherche PACCI, INSERM, les Universités de Bordeaux ou de Copenhague, l’ONG Solidarités International et bien d’autres.

NOS PAYS D’INTERVENTIONS : Mali, Burkina Faso, République Centrafricaine, Nigeria, Niger, Tchad, République Démocratique du Congo, Cameroun, Guinée, Soudan du Sud, Mauritanie, Sénégal.

NOS THÉMATIQUES PROJET : Malnutrition, Santé Maternelle, Santé Primaire, Pédiatrie, Paludisme, Épidémies (Ebola, Choléra, Rougeole, Dengue), Hospitalisation, Urgences, Violences Basées sur le Genre, santé mentale, ...

CONTEXTE La crise de 2013 en République Centrafricaine (RCA) a fragilisé tous les piliers du système de santé du pays. En RCA, pour 100 000 naissances vivantes, plus de 829 femmes perdent la vie (OMS, Key Country Indicator, 2017), soit un taux près de 2 fois supérieur au taux moyen en Afrique. Le pays est également considéré comme le second lieu de naissance le plus risqué au monde. Les enfants restent particulièrement fragiles puisqu’il a été estimé qu’en 2019, pour 1000 naissances vivantes plus de 110 enfants perdraient la vie avant leur cinquième anniversaire. Cela tient aussi au fait que la RCA fait face à des taux de malnutrition aiguë sévère (MAS) inquiétants chez les enfants de moins de 5 ans depuis plusieurs années. Selon le Plan de Réponse Humanitaire 2021 (OCHA, HRP 2021), les besoins en santé toucheront 2,2 millions de personnes et ceux en Nutrition 1,3 millions en 2021. A la crise sécuritaire s’ajoutent d’autres éléments conjoncturels tels que la pandémie de Covid-19 et l’instabilité liée aux élections présidentielles de décembre 2020.

La Nana-Gribizi reste en proie à de nombreux affrontements dans la zone dont les victimes sont les populations civiles contraintes de fuir et se déplacer dans la brousse ou dans des communautés hôtes, ce qui est renforcé par la crise politique actuelle. Le système sanitaire étant dysfonctionnel voire inexistant, les populations hôtes et déplacées se retrouvent dans des situations précaires, sans accès aux soins de santé primaires et secondaires. Par ailleurs, l’accès difficile dans la zone de la Nana-Gribizi constitue une contrainte pour porter assistance aux populations vulnérables. La Nana Gribizi connaît depuis 2019 une forte concentration d’incidents sur les axes et dans les villes (Kaga-Bandoro et Mbrès). Les faibles indicateurs du PEV en RCA dans tout le pays impliquent toujours un haut risque de survenue d’épidémies. Aucun des objectifs de couverture vaccinale fixés à 60% dans le plan d’action 2014 n’avait pu être atteint pour le Pentavalent 3 (45%) et le Vaccin Anti rougeoleux (59%) (Plan pluriannuel complet du PEV en RCA, Ministère de la Santé Centrafricain, 2015). L'insuffisance des stratégies avancées, les difficultés d'acheminement des vaccins, les ruptures dans la chaîne de froid, les contraintes sécuritaires et logistiques lors des campagnes de vaccination et l'accès limité des populations aux CDS (insécurité, distance, coût etc.) sont des facteurs contribuant aux faibles taux de couvertures vaccinales (CV). Les équipes RRM présentes dans la Nana-Gribizi ont d’ailleurs répondu à deux épidémies de rougeole en 2019 et 2020, et ont par la suite organisé des campagnes de vaccination avec le Ministère de la Santé et de la Population (MSP). En outre, malgré les efforts dans l’AS de Mbrès, ayant une couverture vaccinale de 62% fin 2019, cet indicateur est loin des normes de l’OMS indiquant que l’immunité est atteinte lorsque la CV est de 95%.

Sur le plan sécuritaire, la Nana-Gribizi reste une zone sensible avec des pics de violence récurrents liés à la présence et le contrôle des groupes armés, entraînant des affrontements et d’importants déplacements de population. Mbrès constitue une zone de repli pour les populations fuyant les affrontements récurrents. Compte tenu de l'insécurité chronique dans la zone, les besoins humanitaires des populations ne sont pas couverts.

Afin de pouvoir répondre aux besoins en santé et garantir une offre de soins de qualité, les équipes ALIMA en partenariat avec le personnel de l’hôpital de Mbrès ont déployé d’importants efforts depuis 2018 pour réhabiliter la structure hospitalière et rendre fonctionnels les différents services par la dotation en matériel, en ressources humaines et en renforcement de compétences de ces dernières, notamment au laboratoire et au bloc opératoire.

L’année passée, les équipes ALIMA RRM ont réalisé 7 évaluations suite à des chocs humanitaires et deux investigations à la suite d’une augmentation des cas de rougeole. Sur les 7 évaluations réalisées, 6 ont abouties à une intervention RRM à Doukoumbé, Goddo, Badia, Mbiti, Ngouvota et Ndomété pour 3 mois, sauf celle de Mbiti qui a été prolongé de trois mois supplémentaires pour répondre aux nouveaux besoins suite à l’attaque des villages environnants ayant entraîné des déplacements massifs de population. Toutes ces interventions ont eu lieu dans la préfecture de la Nana-Gribizi.

2 interventions ont été menées suite à des épidémies de rougeole dans les sous-préfectures de Mbrès et de Kaga Bandoro en août 2020 dans les communes de Nana Outa et Botto, et une autre en février 2021 dans l’aire de santé de Goddo où une couverture vaccinale de 171% a été atteinte en collaboration avec l’ECD et l’OMS.

Les équipes ALIMA ont su montrer leur réactivité pour y répondre dans les délais les plus courts, mais il serait nécessaire de renforcer l’équipe médicale afin de pouvoir faire des évaluations dans la zone (Nana Gribizi mais aussi les autres préfectures aux alentours) et de pouvoir déployer simultanément deux équipes en fonction des besoins.

Il est également important de souligner que les FOSA fonctionnelles souffrent non seulement d’une pénurie en RH qualifiées mais également des ruptures prolongées de médicaments essentiels. Enfin, la recherche et la prise en charge médicale des cas de VBG sont entravées par le fait que, le plus souvent, les cas ne sont pas référés à l’hôpital mais réglés par les chefs de village. Il en résulte qu’en 2020, plus de 75% des cas de viols arrivaient à l’hôpital plus de 72h après l’agression, réduisant ainsi les chances d’une prise en charge efficace dans cette zone où les taux de maladies sexuellement transmissibles restent très élevés par rapport aux taux nationaux.

La résultante de cette précarité liée aux différents scenarii de contexte, il est important et indispensable d’apporter de l’aide à cette population en ajoutant la prise en charge de la santé mentale et psychosociale.

LIEU DU POSTE: Kanga - Bandoro et Mbres (poste « volant » projet RRM réponse Rapide et le projet Mbres, appui à l’hôpital et aux cliniques mobiles) LIENS FONCTIONNELS ET HIERARCHIQUES Hiérarchique : Coordinateur médical et Référent médical Supervise : Agents psychologues MISSION PRINCIPALE Le/la Responsable d’Activité Santé Mentale et Soutien Psychosocial (SMSPS) est chargé(e) de la mise en œuvre et du bon fonctionnement de la stratégie santé mentale pour les patients, leur entourage, la communauté et les équipes. Il/elle assure le fonctionnement du département.

Il implémente les activités de santé mentale dans le Nana gribizi suivant la pyramide de MHPSS.

Le/la responsable SMSPS collabore avec les différents partenaires externes ; Il est sous la responsabilité fonctionnelle de la référente santé mentale du siège ACTIVITÉS PRINCIPALES
  • Met en œuvre et fait évoluer la stratégie des soins de santé mentale, circuit de prise en charge et de référence dans chaque des zones d’intervention
  • S’assure de la mise en route et du suivi du soutien psychologique des bénéficiaires sur les différents projets (populations déplacées, survivant.e.s de VBG, patients hospitalisés ou personnes en isolement et familles)
  • Organise le recrutement des agents psychosociaux.
  • Organise des activités communautaires à travers les cliniques mobiles dans le focus groupe identifié.
  • Coache le personnel de santé dans l’identification des patients qui ont besoin de soutien psychologique
  • Organise des séances de débriefing et soutient les équipes en cas d’incident critique
  • Organise des temps d'échanges de pratiques sur des situations spécifiques
  • S’assure de la mise en route et du suivi du soutien psychologique des équipes sur les différents projets
  • Propose des formations thématiques spécifiques aux staff (premiers secours psychologiques, PTSD, SVBG, relation soignants soignés, COVID et autres besoins identifiés en amont)
  • Évalue et valide la structure de référence de la santé mentale avec le comed
  • Assure la référence et la contre référence des patients selon la pyramide de MHPSS
  • Se rassure de la qualité des prises en charge faite dans les structures de référence
  • Met en place les activités santé mentale communautaire et promotion de la santé mentale (COVID/ Déplacés/ nutrition…)
  • Crée des modules de formations et anime les sessions de formation pour un appui technique des compétences des agents de santé en santé mentale sur les terrains en fonction des besoins identifiés
  • VGB, relation maternelle et nutrition, stress et problématiques spécifiques des personnes déplacées, souffrant du COVID
  • Soutien psychologique des patients et de leur entourage
  • Recueil des informations sur les publics vulnérables et assure la mise en place de focus groupe et de groupes de paroles
Management de l’équipe de santé mentale
  • Organise les tâches et les plannings de l’équipe des agents de santé en santé mentale
  • S’assure de la bonne transmission des informations, assure la supervision clinique des équipes
  • Assure des supervisions formatives régulières des équipes
  • Recueille les éléments pour le suivi et le rapport d’activités du département
Représentation, coordination avec les autres équipes
  • Assure le travail en réseau avec les différents partenaires,
  • Participe aux réunions en lien avec son domaine d’intervention sur instruction du coordonnateur santé mentale
Monitoring, analyse et rapport
  • Participe et réalise les comptes rendus de réunions
  • Réalise une synthèse hebdomadaire des activités de santé mentale et rend compte au coordonnateur médical et aux med ref des 2 projets
  • Suivi des problématiques et recommandations du département
  • Réalise un rapport de mission et des recommandations
PROTECTION DES BÉNÉFICIAIRES ET DES MEMBRES DE LA COMMUNAUTÉ Niveau 3 : Le ou la titulaire du poste est responsable de la mise en oeuvre des standards de protection contre les abus de pouvoir, les violences sexistes et sexuelles et pourra être amené.e à faire des visites terrain. Il/Elle pourra donc être en contact avec des enfants ou/et des adultes vulnérables. Par conséquent, la vérification du casier judiciaire ou la présentation d'un certificat de bonne vie et mœurs sera nécessaire. Dans les situations où l’impossibilité de fournir un casier judiciaire ou un certificat de bonne vie et mœurs est constatée, une déclaration sur l’honneur sera demandée.

COMPETENCES et EXPERIENCES
  • Master/ diplôme de psychologie clinique ou équivalent
  • Une expérience préalable dans l’humanitaire
Qualités :
  • Une capacité à problématiser et résumer les principales problématiques psychiques et être capable de fixer des priorités
  • Une bonne capacité à travailler en équipe et avoir une capacité de délégation
  • Une bonne part d’autonomie et de capacité à créer son poste en cohérence avec les objectifs et les moyens de l’association
  • Une bonne capacité rédactionnelle
  • Une bonne connaissance des psycho traumatismes
Langues : La maîtrise du français (lu, écrit, parlé) est indispensable.

CONDITIONS Durée et type de contrat : CDD de droit français - 6 mois avec possibilité de prolongation Prise de poste : IMMÉDIATEMENT Salaire : SELON LA GRILLE ALIMA + EXPÉRIENCE + PERDIEM ALIMA prend en charge :
  • les frais de déplacements entre le pays d’origine de l’expatrié et le lieu de mission
  • les frais d’hébergement
  • 2,08 jours de congés par mois
  • per diem journalier
  • la couverture médicale du premier jour de contrat à un mois après la date de départ du pays de mission pour l’employé et ses ayants droits
  • la politique de break tous les 3 mois (pour 6 mois de mission)
  • l’évacuation pour l’employé
Apply Now