World Health Organization (WHO)

Consultant International Evaluation Donneurs De Sang

World Health Organization (WHO)

Job Description

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D’UN CONSULTANT INTERNATIONAL POUR EVALUER LE SYSTEME NATIONAL DE RECRUTEMENT DE DONNEURS DE SANG 1-CONTEXTE ET JUSTIFICATION La transfusion sanguine est une composante importante des soins de santé. Elle permet de sauver des millions de vies humaines chaque année, dans les situations de routine et d’urgence. Elle facilite les interventions médicales et chirurgicales complexes et améliore de manière spectaculaire la qualité et l’espérance de vie des patients atteints de toutes sortes d’affections aiguës ou chroniques. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) estime que pour satisfaire les besoins en sang de base d’une nation, il faut que 1 à 3% de la population soit des donneurs de sang et recommande que la sécurité transfusionnelle repose sur le don de sang volontaire non rémunéré. Actuellement, au Cameroun, on estime les besoins transfusionnels à 400.000 poches de sang nécessaires pour traiter annuellement les malades dans les formations sanitaires. Le sang et les produits sanguins labiles représentent pour ces derniers, la meilleure offre thérapeutique. Or, seulement à peine 15% des besoins en sang sont pourvus chaque année. L’insuffisance voire l’absence des produits sanguins sécurisés est ainsi responsable de :
  • 40% de mortalité maternelle (complications hémorragiques) ;
  • Nombreux décès d’enfants de moins de 5 ans (anémie) ;
  • L’insuffisance dans la prise en charge des malades chroniques dont le traitement dépend des produits sanguins : hémodialysés, hémophiles ;
  • L’insuffisance dans la prise en charge immédiate des victimes des catastrophes : accidentés de la voie publique, victimes des attaques terroristes etc.
Les causes liées à cette situation sont les suivantes :
  • Absence d’un système national de transfusion sanguine organisé autour d’un Centre National de Transfusion Sanguine et ses structures spécialisées tel que le prévoit la loi du 22 décembre 2003 régissant la transfusion sanguine au Cameroun ;
  • Insuffisance du cadre normatif technique et réglementaire de la transfusion sanguine ;
  • Absence d’un système fiable de recrutement de donneurs volontaires de sang au sein de la population ;
  • Insuffisance du personnel formé en transfusion sanguine ;
  • Appui financier très limité à la transfusion sanguine.
Le projet de Renforcement du Système national de transfusion sanguine sous financement de la Banque Islamique de Développement vise à mettre en place au Cameroun un Système moderne de transfusion sanguine susceptible de contribuer au fonctionnement optimal et harmonieux du Système de santé.

L’objectif général du projet est de contribuer à la réduction de la mortalité et de la morbidité liées à l’absence du sang sécurisé. Spécifiquement, il s’agit :
  • D’assurer l’accès universel et l’utilisation du sang sécurisé et de qualité ;
  • De promouvoir un environnement social favorable à la transfusion sanguine.
Les résultats attendus du projet sont :
  • L’existence des standards nationaux pour les structures de transfusion sanguine (incluant la politique du financement des activités des Centres régionaux et national de transfusion sanguine) et les capacités techniques de base ;
  • L’existence d’ici 2022 quatre (4) Centres Régionaux de Transfusion Sanguine (CRTS) et un (1) Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS) ;
  • L’existence des programmes de sensibilisation communautaire robustes ;
  • Les capacités des services de soins de santé renforcés pour stocker et utiliser rationnellement les produits sanguins.
Le projet qui s’étale sur une période de quatre (04) ans comporte 03 principales composantes :
  • Le Renforcement du cadre institutionnel pour un système de transfusion sanguine effectif ;
  • La Mise en place d’un système de recrutement de donneurs de sang volontaires ;
  • L’Établissement des structures de Transfusion Sanguine opérationnelles.
Au Cameroun, plus de 90% des dons de sang effectués sont issus des donneurs familiaux ou de remplacement ou rémunérés qui présentent un risque d’infection transmissible par la transfusion sanguine. A peine 10% sont des donneurs bénévoles.

Dans le cadre de la mise en œuvre des activités de la composante 2 du projet, l’OMS sollicite une étude portant sur l’évaluation du système national de recrutement de donneurs de sang. Cette évaluation est un préalable à la mise en place effective d’un programme de recrutement des donneurs volontaires au Cameroun. Elle est destinée à mettre à la disposition du MINSANTE les éléments d’informations nécessaires à la mise en place effective d’un programme de recrutement des donneurs volontaires.

2. LE CHAMP D'EVALUATION

L’évaluation s’étend à l’ensemble des interventions, activités et initiatives menées par les différents acteurs pour le recrutement des donneurs de sang. Elle s’étend également aux interventions mises en œuvre à tous les niveaux du système de santé (PNTS, Centre de Transfusion Sanguine /banque de sang des FOSA), au sein de la communauté par les associations œuvrant pour le don de sang et autres OSC, au sein des entreprises, des Ministères, etc.

3. OBJECTIFS ET RESULTATS ATTENDUS DE L’EVALUATION 3.1 Objectifs Général

Evaluer le système actuel de recrutement des donneurs de sang sur la base des standards et expériences réussies des pays africains similaires au Cameroun et des pays occidentaux ayant un système de transfusion sanguine performant afin de fournir aux acteurs clés les informations nécessaires pour l’identification des orientations, interventions et activités prioritaires pour la mise en place effective d’un programme/système de recrutement des donneurs de sang permettant d’obtenir « 100% » de donneurs de sang bénévoles.

3.2 Objectifs spécifiques -présenter le système actuel sur les plans structurel, organisationnel et opérationnel ; -identifier les forces, faiblesses, les opportunités, les menaces, les contraintes du système actuel ; -effectuer une analyse comparative du système actuel par rapport aux standards en matière de recrutement des donneurs de sang et aux expériences des pays africains similaires au Cameroun et des pays occidentaux qui ont réussi le passage à « 100% » des donneurs volontaires ; -formuler des recommandations, interventions et actions prioritaires capables d’orienter la mise en place d’un programme/système de recrutement des donneurs de sang permettant d’obtenir à terme 100% de donneurs de sang bénévoles ; -proposer un squelette de programme/système de recrutement des donneurs de sang.

3.3 Résultats attendus Le rapport d’évaluation finale du système national de recrutement de donneurs de sang est produit et disponible. Il comporte de manière non exhaustive au moins les éléments ci-après :
  • Un rapport documenté sur le système actuel de recrutement des donneurs de sang au Cameroun ainsi que les gaps par rapport aux standards (organisation, fonctionnement, opérationnel) est élaboré;
  • les forces, faiblesses, opportunités et menaces du système actuel de recrutement des donneurs de sang sont identifiées;
  • un rapport comparatif avec au moins un pays africain similaire au Cameroun qui a réussi le pari d’au moins « 80% » de donneurs bénévoles assorti des gaps est élaboré ;
  • des recommandations, interventions et actions prioritaires capables d’orienter la mise en place d’un programme/système de recrutement des donneurs de sang permettant d’obtenir à terme 100% de donneurs de sang bénévoles au Cameroun sont proposées.
  • Une proposition d’un squelette de programme/système de recrutement des donneurs de sang est faite.
4. LES QUESTIONS A TRAITER Les questions auxquelles l’évaluation doit pouvoir répondre sont des questions adressées pour évaluer l’ensemble du système national de recrutement de donneurs de sang :
  • Comment le recrutement des donneurs de sang est-il organisé et comment fonctionne t-il ?
  • Quels sont les acteurs à tous les niveaux du système de santé, au sein de la communauté, institution publique ?
  • Quelles sont les forces identifiées du système actuel ?
  • Quelles sont les faiblesses identifiées du système actuel?
  • Quelles sont les menaces qui influencent le système actuel ?
  • Quelles sont les opportunités qui permettront de définir de nouvelles orientations pour la mise en place d’un programme/système de recrutement des donneurs permettant d’obtenir à terme 100% de donneurs volontaires ?
  • Quels sont les gaps du système actuel par rapport aux standards et systèmes similaires qui ont réussi le passage à « 100% » de donneurs volontaires ?
  • Quels sont les viviers de recrutement de donneurs de sang ?
  • Quelles sont les stratégies prioritaires à mettre en œuvre de manière à passer à terme à 100 % de donneurs volontaires ?
5. APPROCHE ET METHODES D'EVALUATION Le consultant proposera sa méthodologie.

Il s’agira dans cette approche de procéder à:
  • des revues de documents ou rapports élaborés dans le cadre du système actuel de recrutement des donneurs de sang, puis analyser les données disponibles afin de produire les informations nécessaires sur le système;
  • des interviews auprès des acteurs impliqués dans le recrutement des donneurs de sang à tous les niveaux (central, régional, de district/communautaire, entreprises, etc.);
  • La revue des différentes recommandations internationales sur le recrutement des donneurs de sang
  • La revue des expériences réussies de passage à « 100% » de don bénévoles des pays similaires au Cameroun sur les plans sociologique, économique, sanitaire etc ;
  • Revue documentaire pour déterminer les gaps en matière de recrutement de donneurs de sang ;
  • Les entretiens avec acteurs (population, responsables des banques de sang) pour recueillir les défis rencontrés pour le recrutement des donneurs de sang (visites de terrain) ;
  • Les discussions avec les acteurs pour identifier les interventions et activités prioritaires pour la mise en place d’un système de recrutement permettant de produire à terme 100% de donneurs volontaires (dialogue)
5.1 Types de données a collecter pour l'analyse et la rédaction du rapport

Les données quantitatives et qualitatives à collecter seront à la fois primaires et secondaires.

5.2 Sources potentielles de collecte des données et des informations

Il s’agit entre autres :
  • Politique nationale de transfusion sanguine ;
  • Plan stratégique de transfusion sanguine 2015-2019 ;
  • Rapports annuels des activités transfusionnelles au Cameroun de 2014 à 2017 disponibles;
  • Rapports d’activités des Centres de transfusion sanguine ;
  • Rapports des OSC intervenant dans la promotion du don de sang et l’organisation des collectes de sang;
  • Les bénéficiaires des appuis du Gouvernement et des partenaires techniques et financiers (PTF) dans le domaine de la transfusion sanguine;
  • Les synthèses des informateurs clés ;
  • Les rapports des structures/institutions de recherche y compris les thèses et mémoires des étudiants ;
  • Les publications scientifiques relatives à la transfusion sanguine au Cameroun.
  1. LE CONSULTANT
La participation est ouverte à égalité de chance à toute personne physique ou morale au niveau international, et les offres peuvent être présentées en anglais ou en français.

Le consultant devra jouir d’une intégrité et d’une indépendance parfaite. Il se doit donc d’être impartial et d’être autonome de toute structure ayant participé audit projet.

6.1. QUALIFICATIONS
  • Une expérience professionnelle de 8 (08) ans minimums dans l’évaluation des interventions de santé à base communautaire ;
  • Avoir une expérience dans la mobilisation sociale en faveur du don de sang ;
  • Avoir une expérience de travail avec les programmes de santé et les bailleurs de fonds intervenant dans le domaine de la santé ;
  • Avoir eu une expérience en matière de communication pour le changement de comportement dans le domaine de la santé ;
  • La maîtrise de l’outil informatique est recommandée.
6.2. FORMATION Être titulaire d’au moins un master 2 ou équivalent dans le domaine des sciences biomédicales, de la médecine transfusionnelle, des sciences sociales (sociologie, anthropologie médicales), de la communication ou la mobilisation sociale 6.3. COMPETENCES
  • Communication : excellente capacité à présenter oralement et par écrit
  • Travail en équipe : excellente capacité de travailler en équipe avec des personnes de profil différent
  • Grande capacité d’analyse et de proposition
  • Orienté vers les résultats : grande motivation et engagement pour traduire en stratégie opérationnelle les résultats de l’état de lieu
  • Bonne maîtrise du système de santé camerounais
  • Bonne maîtrise de l’organisation et du fonctionnement des OSC impliquées dans le domaine de la santé
6.4 LANGUES : Avoir une bonne connaissance du français ou de l’anglais, parlé et écrit. Être capable de communiquer dans les deux langues.

7. EXIGENCES Le candidat doit soumettre :
  • Une offre technique comprenant le curriculum vitae (CV) du consultant, une présentation des travaux déjà réalisés dans le domaine, sa compréhension des présents termes de référence, une proposition de méthodologie ainsi qu’un plan de travail, une proposition d’outils à développer pour conduire la mission.
  • Une offre financière pour la réalisation de la mission.
8. LIVRABLES -un rapport documenté sur le système actuel de recrutement des donneurs de sang (analyse situationnelle); -un rapport final de consultation Ces documents seront présentés pour validation au cours d’un atelier. Après intégration de toutes les remarques portées sur ces documents, le consultant devra remettre le rapport définitif de la mission.

Apply Now